Coup de balai sur la culture

Comme je vous l'avais dit en ouvrant ce blog, je préfère parler des actions positives en campagne. J'aime vous proposer une campagne active, solidaire et qui va de l'avant.
Mais aujourd'hui je suis en colère. Parce que je pense que la culture est encore le meilleur moyen d'acquérir un esprit critique. Parce que je pense que la culture doit être accessible à tous. Parce que je pense que la culture nous rend solidaire quelque soit notre origine sociale. J'ai du mal à supporter que l'on puisse reléguer cette culture au rang du superflu.
Plusieurs groupes d'artistes se sont installés à Corbigny depuis quelques années. Ils ont permis à tous les habitants des environs, universitaires ou analphabètes, agriculteurs, commerçants, intellectuels, chômeurs, d'accéder à une somme d'actions culturelles reconnues dans toute la France (et plus). Il nous ont sortis de nos salons, peut-être de la soirée rituelle télé. Ils nous ont donné l'énergie pour monter des festivals, d'autres actions culturelles qui essaiment partout dans le département.
Aujourd'hui cette vague d'espoir risque d'être balayée  par la volonté d'un groupe d'élus qui a profité d'une crise politique dans la région. Je vous livre ci-dessous la lettre d'un ami mentionnant les actions prévues par la municipalité de Corbigny.



> Bonjour,
> Comme vous devez le savoir , il se passe des choses fort intéressantes à Corbigny, commune rurale de 1600 habitants, où une nouvelle équipe , qui se dit "sans étiquette", vient de s'installer à la mairie, démocratiquement.
>
> Les premières mesures se caractérisent par des nettoyages en tous genres. La balayeuse d'un autre âge a été priée d'en mettre un coup. Elle ronfle , la pauvre, comme un employé en fin de carrière. On désherbe aussi, et pour cela on revient au désherbant chimique qui avait été peu à peu abandonné, non sans mal. En somme un vrai programme politique autour du nettoyage et du ménage communal.
>
> Mais il est d'autres nettoyages...et d'autres ménages en cours... en particulier des nettoyages culturels si caractéristiques des prises de pouvoir par certains... ici et ailleurs.
>
> Corbigny avait la rare particularité d'avoir développé un projet culturel ambitieux depuis une dizaine d'années . Ainsi quatre compagnies professionnelles, dont deux conventionnées ( à titre comparatif il n'y en a qu'une à Nevers et trois en tout dans la Nièvre) s'y étaient installées dans des domaines artistiques différents mais complémentaires comme la danse contemporaine avec Les Alentours Rêveurs/ Cie Serge Ambert, le théâtre de rue avec les Métalovoices, le théâtre sans H avec le TéATr'éPROUVèTe et Jean Bojko, la musique et la lutherie avec Déviation/Cie Alain Mignon.
>
> Ce projet culturel a induit 15 emplois permanents et des dizaines d'emplois intermittents techniques et artistiques. Résidences, ateliers permanents, laboratoire de recherche multimédia pour personnes âgées, spectacles,films, projets divers ont pu ainsi voir le jour. Un festival de rue également prenait son envol. Un nouveau lieu culturel dédié aux arts de la rue était sorti de terre. L'Abbaye peu à peu équipée et rénovée, commençait à devenir une ruche active si bien qu'il était prévu d'y installer sur proposition de la Direction Régionale des Affaires Culturelles le Centre chorégraphique de Bourgogne prochainement. Pour ce qui est des arts plastiques, une commande publique fort décriée localement , comme toujours avec l'art contemporain, faite à l'artiste minimaliste américain Lawrence Weiner, venait compléter un menu culturel discutable mais copieux. Tout cela en parallèle avec les associations locales et l'école de musique, les établissements scolaires également utilisateurs des lieux.
>
> Corbigny devenait en à peine 10 ans une référence en matière culturelle. Les apports financiers étaient importants notamment pour la réfection de l'Abbaye et ceci n'aurait pas pu se faire sans projet culturel global...et sans un investissement minimum de la commune. Des centaines d'artistes , d'intellectuels, y ont résidé, séjourné, travaillé...
>
> "De la culture il en faut un peu, mais pas trop ! " lançait un Corbigeois attablé au café de la mairie. Ce qui veut tout dire...
>
> Alors on nettoie. Allez la balayeuse culturelle ! Oust ! Débarrassez-moi de l’œuvre de cet obscur artiste américain Weiner. Allez ! Oust ! Plus de festival de rue.... Plus de projet de salle multimodale (financée à 80 pour cent). Plus de projet de réfection du site de l'Abbaye. Au panier aussi les partenaires. Plus de centre chorégraphique de Bourgogne. Pour ce qui est de la programmation, la nouvelle adjointe à la culture qui se targue "d'appartenir au monde de l'entreprise", entend s'en occuper elle-même: du Molière pour ce qui est du théâtre ! Une exposition sur les nourrices plutôt que d'obscurs artistes nombrilistes ! etc... Elle a été élue, dit-elle, pour satisfaire les Corbigeois ! Quand certains s'ajouteront à d'autres pour dire ouvertement que les compagnies présentes , les artistes présents, sont un ramassis de fainéants vivants sur des fonds publics et phagocytant la commune, il ne restera plus qu'à donner un dernier coup de balayeuse et à vider les lieux...
>
> On nettoie mais pour faire quoi ? Eh, bien pour installer dans ce bourg rural..... des caméras de vidéo-surveillance ! ! ! ! ! Si, si si, c'est un projet important et prioritaire du nouveau conseil municipal...
>
> On croit rêver mais ce n'est que réalité. Reste à se demander comment on en arrive là...Moi je sais, mais je n'ai pas envie de le dire...
>
> Avec le sourire et en vous invitant à faire suivre...
>
> Jean Bojko

5 commentaires:

  1. Ah,ah,ah ! Trop drôle le commentaire de Monsieur Bojko !

    Pour ma part j'habite la région de Corbigny et
    je suis fort heureux que cette "politique culturelle" payée et téléguidée par le
    sommet d'une pyramide parisienne, cède la
    place, espérons-le, à moins de non-sens
    "contemporain" subventionné sur argent public et à plus de
    réelle culture en rapport avec l'histoire et le
    patrimoine local !
    Car, outre la restauration de l'abbaye et les nuits musicales du mois d'Aout, qu'il convient de saluer très chaleureusement, combien d'insignifiances et de laideurs avons-nous été obligé d'ingurgiter au nom de cette "Culture" toutes ces années !

    Des "territoires occupés" (qui devaient en avoir assez de l'etre sans doute ?) avec ses "oeuvres" magistrales, aux bidons sonores et aux admirables escaliers intérieurs de l'Abbaye disparus sous une chappe de contre plaqué dont la laideur n'a sans doute échappé qu'à vous,
    cela commençait à faire beaucoup !

    Car enfin, au nom de qui et de quoi, ces pères missionnaires de LA Culture (d'état) sont-ils mandatés à nous évangéliser, nous populations rurales incultes et retirées, voire moisies, croupissant loin du microcosme civilisateur autorisé ?

    Mais ... cet "art" n'a strictement rien à voir avec la vie réelle de ce pays au travers des siècles, avec son patrimoine naturel, culturel, artistique, religieux.

    Rien.

    Devant une telle autorité artistique auto-proclamée, véritable deus ex machina moderne, devrions -nous sans doute béer d'une admiration sans limite, craintive et révérencieuse devant tant de bienfaits ...

    Au lieu de cela, quelle ingratitude, on passe une balayeuse sacrilège et profanatrice !

    Pourquoi vous indigner et vous mettre en colère ?

    Vous pensez-vous à ce point indispensables ?

    Ne pouvez-vous donc pas accepter le fait que votre forme d'expression ne soit plus en adéquation aujoud'hui avec notre époque ?

    L'imposture de l'art "contemporain" a sans doute fait long feu ... C'est tout.

    Et, non, vous ne revez pas, la roue tourne.

    Je ne sais pas ce "vous ne direz pas...", mais personnellement, je puis vous dire la chose suivante très clairement:

    Ouf !

    E.Rebaud (dissident de l'art content pour rien)























    Outre la restauration de l'abbaye et les nuits musicales des concerts classiques du mois d'Août, remarquables... qu'avons nous duingurgiter

    RépondreSupprimer
  2. Comme je m'y attendais un peu, je constate que les "artistes contemporains" sont de fervents défenseurs de la liberté d'expression, sauf dans le cas où celle-ci leur apporte un avis contraire ! Pas d'imprimatur donc pour mon commentaire ...
    Sans doute une liberté d'expression à géométrie variable !

    Triste et comique à la fois ...

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi toujours opposer ce qui fut avec ce qui est? La culture est à défendre dans son ensemble, les goûts de chacun étant un autre débat.

    RépondreSupprimer
  4. Aaah .... Cette fois-ci ma petite réponse, pourtant fort courtoise, ne passe pas ...

    Je pensais, peut-être un peu hâtivement, que décidemment, oui, la liberté d'expression vous était chère ;)

    D'un autre côté, c'est vrai que c'est dur de voir le Dogme de la pensée conforme attaqué ...

    Allez un petit effort ;)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je vous remercie d'avoir finalement passé mon premier commentaire !

      Cependant pour garder la cohérence de cet échange, je vous demande de bien vouloir publier pour en terminer sur le sujet la partie ci-dessous que vous avez tenue censurée pour l'instant, ce qui n'est pas très logique : Soit on peut encore parler librement (dans les limites de la courtoisie, que je respecte), soit c'est le soviet qui décide (et dans ce cas ne parlons plus de beaux idéaux en tout genre) !
      Je ne vous importunerai plus ensuite, promis, juré !

      Car ce n'est aucunement une question de goût qui est en jeu !

      Votre réponse pourrait être juste en effet si ce soi-disant "art" ne monopolisait l'ensemble des financements publics depuis quarante ans dans ce domaine : Sans cela il n'y aurait absolument aucune demande.

      Le pouvoir en place fausse la loi de l'offre et de la demande par le biais du robinet à subventions : dans quel but ? Il est légitime de se poser la question ;).

      Par ailleurs, tous ces donneurs de leçons aussi prétentieux que subventionnés s'érigent depuis trop longtemps en parangon d'"Art", méprisant allègrement et salissant tout ce qui ne leur ressemble pas : "Du passé faisons table rase, camarade !" est leur cathéchisme.

      Exemples : escalier intérieur de l'abbaye sous un ridicule linceul de contreplaqué, tatouages sans aucun sens sur les murs extérieur d'un édifice admirable, homard en plastique faisant la nique à la splendeur de Versailles, etc ....

      Où est "la question de goût là-dedans" ? .

      En vérité, tout cela n'a rien à voir avec le goût, de près ou de loin, mais bien plutôt avec une volonté d'agression et de subvertion envers tout ce qui représente l'immense richesse de notre passé artistique et culturel.

      Des nains barbouillant de souillures des géants (inconsciemment par dépit, sans doute)
      A un moment la coupe est pleine, Messieurs et l'imposture a assez duré !

      L'heure est au réveil et le dit "contemporain" ne l'est plus !

      C'est ainsi.

      Car jamais on ne peut baillonner les consciences éternellement :

      " Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps."

      Abraham LINCOLN, président des Etats Unis,1861-1865. assassiné le 15.4.1865.

      Merci encore à vous d'avoir bien voulu passer mes modestes commentaires et bien cordialement.

      Supprimer

Nombre total de pages vues